Il y a plein d’avantages à fumer, ceux qui prétendent le contraire n’ont jamais fumé. En tant qu’ancienne fumeuse, je témoigne : la cigarette, c’est top. Pourquoi serait-ce si difficile d’arrêter de fumer si la cigarette était aussi diabolique qu’on la décrit ? La dépendance ? D’accord, mais il n’y a pas que ça. Le confort qu’elle procure n’est pas assez considéré. Dans cet article, j’ai listé quelques-uns de ses bienfaits, juste pour le plaisir de les goûter à nouveau.

1. Se sentir chez soi partout
Fini les problèmes d’adaptation, la cigarette se charge de tout ! La sensibilité olfactive d’un fumeur est restreinte, cela le rend moins sensible aux odeurs extérieures. De plus, fumer une cigarette répand une odeur familière, agissant à la longue comme marqueur olfactif et point de référence. Il suffit alors de s’allumer une cigarette pour retrouver ses marques. Un fumeur a donc moins de chance d’être dépaysé lorsqu’il arrive dans un endroit inconnu.

2. Faire partie d’une communauté internationale
“T’as du feu ?”. Les fumeurs se reconnaissent entre eux, se parlent, se fréquentent le temps d’une cigarette. Fumer donne le droit d’aborder n’importe quel autre fumeur à peine croisé dans la rue, et d’avoir une connivence avec lui. C’est la possibilité de partager un moment, dans une atmosphère détendue, avant de retourner vaquer à ses occupations. Les gestes de deux fumeurs sont synchronisés et créent chorégraphie commune, donnant de la fluidité à l’échange, l’impression d’être reçu et compris par l’autre. Un gage de sécurité relationnelle.

3. Avoir toujours une bonne excuse pour échapper aux situations dérangeantes
Lorsqu’une situation devient plombante, ou une conversation ennuyeuse, il suffit d’invoquer l’urgence d’une cigarette pour prendre congé s’aérer les neurones. L’addiction est une excuse commode et bien tolérée. Cela cultive le mystère, ajoute un brin de frustration, donne un soupçon de charme au papillon volage qui s’est échappé.
Même quand le fumeur se voit coincé dans la circonstance fâcheuse, dégainer et allumer une cigarette pose un acte volontaire créant une rupture de rythme. Grâce à cette rupture, les évènements deviennent favorables à la possibilité d’autres ruptures imprévues, dont la transformation radicale ou la fin de la situation.

4. Être toujours occupé
Un fumeur a toujours quelque chose à faire. Fumer concrétise le vide interstitiel. Le moment de suspend lors du passage d’une chose à l’autre est exploité. La pause, le flou, l’indécision sont soudain actés et limités, le temps d’une cigarette, voire de deux si on rechigne à enchaîner. Il n’y a plus de vide, le fumeur est rassuré, il se sent consistant. Excellent système pour canaliser son activité.

5. Gérer ses émotions
La cigarette est aussi très utile quand une émotion malvenue survient sans crier gare. D’abord, comme nous l’avons vu précédemment, invoquer le besoin de fumer permet de s’éclipser de façon polie, voir charmante. Une fois à l’écart, cigarette allumée, le fumeur a la sensation de prendre de grandes bouffées, et donc de se détendre en respirant. Cela a pour effet de modifier son état. Le soulagement est malheureusement superficiel car fumer ne sollicite que la partie supérieure des poumons, tout en maintenant présentes les tensions du diaphragme et du ventre. Le fumeur dispose cependant d’un outil pour ravaler et transformer ses émotions quand il en a besoin. Il peut se sentir autonome de ce côté-là.

6. Être riche, mince et dynamique
Le prix des paquets de cigarettes augmente d’années en années. Pour pouvoir se payer le luxe d’être un fumeur, il faut avoir de l’argent. Un fumeur de cigarettes en paquet affiche une aisance financière assumée. Il donne à son interlocuteur une image positive de sa situation — ce n’est pas le cas du fumeur de cigarettes roulées, à cheval sur ses deniers, dextre à rouler probablement d’autres substances que du tabac.
Un fumeur consomme moins de desserts. Son dessert, c’est la fameuse cigarette de l’après-repas, au goût bien plus agréable car son palais s’est exercé à d’autres saveurs lors du déjeuner. Les fumeurs aiment aussi consommer du café avec leur cigarette. Le café est diurétique, nicotine et caféine sont des excitants, brûleurs de graisses. Cigarette et café sont les garants d’une ligne mince, et maintiennent un dynamisme à toute épreuve. Pendant les années de jeunesse, tout du moins (on peut gagner du temps en ajoutant à ce régime 2 litres d’eau par jour).

7. Avoir une meilleure conscience du temps
Une cigarette en paquet est un bâton de longueur fixe. Chaque cigarette se fume en un temps à peu près équivalent. Le fumeur intègre cette unité de valeur temporelle, et peut s’y référer à tout moment. Cela affine sa perception du temps, et lui permet de s’organiser de façon plus efficace.

8. Avoir plus de charme et de crédibilité
Fumer donne de la contenance, de l’attitude, permet des poses, donne de nouveaux points d’appuis. La gestuelle du fumeur est une chorégraphie qu’il peut modeler en fonction de ses humeurs et de ses objectifs. L’ajout d’un fume-cigarette apporte du sulfureux aux femmes décolletées aux lèvres rouges. Une cigarette fine amplifie l’élégance. Le regard par en-dessous et le filtre coincé entre le pouce et l’index confère une attitude à la fois désinvolte et défiante. La liste des possibilités est infinie pour se créer un personnage de charme à sa mesure.
Autre avantage pour les personnes qui aimeraient donner une image d’elle plus mature : la cigarette fait authentiquement vieillir la peau et rend la voix plus grave. Pour les autres, vous pouvez préserver votre élasticité en buvant au moins 2 litres d’eau par jour.

9. Garder le contrôle sur ses interactions avec le monde
Ce point résume à peu près tous les autres. Je vous laisse les relire pour vous en assurer.

10. Ne pas être responsable
Fumer, c’est être accroc à la nicotine, et tout le monde sait à quel point il est difficile d’arrêter une addiction. Grâce à la divine cigarette, le fumeur est maître sa contenance, en faisant aveu d’impuissance. Véritable héros des temps modernes, il compose avec des forces qui le dépassent. Il a perdu le contrôle de ses actes envers lui-même, et il en est tout excusé, le pauvre, car il est dépendant. C’est ce qui fait son charme.

La cigarette a beau avoir mauvaise presse, elle a quand même quelques utilités. J’ai omis de partager la totalité de ma liste, j’ai préféré garder les points qui me paraissaient équivoques. Les fumeurs peuvent, j’en suis certaine, trouver quantité d’autres services rendus par leur petit bâton de tabac. S’ils désirent braver le temps, ils peuvent se maintenir en buvant 2 litres d’eau par jour et en faisant du sport. En revanche, s’il désirent changer leurs habitudes, ils sauront à quoi ils renoncent, et ce n’est pas négligeable. Imaginer abandonner le confort et les passe-droits nécessite une volonté sans faille. Je pourrais d’ailleurs, à l’occasion, faire un article sur la technique que j’ai utilisé pour arrêter de fumer, si ça en intéresse quelques-uns. En attendant, buvez de l’eau.