« Regards Croisés sur le Proche Orient » de Michel Derczansky

Il est grand temps de mettre à jour les dernières parutions des Éditions Yago auxquelles j’ai eu la chance de collaborer, car je viens de constater avec horreur que j’ai plusieurs mois de retard !

Paru le 6 janvier 2011, « Regards Croisés sur le Proche Orient » dirigé par Michel Derczansky se voit immédiatement encensé par la critique — celle d’Aurey Pulvar (France Inter) par exemple ! Inutile de dire que ce livre a de beaux jours devant lui.

« Le conflit israélo-palestinien donne souvent lieu à des analyses marquées par des partis-pris. Dans ce livre, des chercheurs, des journalistes et des hommes de terrain ont joint leurs compétences pour restituer une image fidèle de la réalité.

Au sommaire : le monde arabe et Israël, la scène politique palestinienne, les droits de l’homme, le futur de la société israélienne, le christianisme au Proche-Orient, la géopolitique du conflit, le rôle de l’Europe, l’identité juive en France, le sionisme et l’antisionisme, l’enjeu des médias, l’analyse de l’opinion publique, des entretiens avec les rédacteurs en chef du Monde, de Libération et du Figaro, sur la manière dont ils abordent le conflit…

Une approche interdisciplinaire inédite. Un dialogue entre des points de vue différents. Des analyses de spécialistes à la portée du grand public. Une étude inédite de l’opinion et des médias en France. Des idées nouvelles.

Ce livre est une fenêtre ouverte vers un monde que nous feignons de comprendre mais qui ne cesse de nous échapper.« 


REGARDS CROISÉS SUR LE PROCHE ORIENT

de Michel Derczansky
Parution : 6 janvier 2011
www.editions-yago.com
Prix : 20€
ISBN 978-2-916209-82-1
Diffusion : Harmonia Mundi
Couverture et composition graphique : Laurie Thinot

PULSE !!!


PULSE
Synopsis
With a magic choregraphy, several dancers
are giving birth to the raw sipirit of dance !
Lengh : 01 ‘13

Danceurs : Oriol Llecha Llop, Guillaume Marzi, Malo Grandjean, Zak Peang,
Joseph Go, Souhil Giroud, Jon Malkin, Lissa Trocmé, Corélie König, Juliette
Baily, Hélène Pau, Laurie Thinot, Vanina Pietri

Direction & Graphism : Laurie Thinot
Music : Malkin
Animation & special fx : Gustavo Almenara
Editing : Edouard Mailaender
Calibration : Julien Hery
Production team : Juliette Lavat
Trainee : Juan Luis Moreno
Production : HOJOH, Partizan Lab, Laurie Thinot
Production Director : Brice Colinet, Jean-Gabriel Saint-Paul

  • galerie-pulse03
  • galerie-pulse02
  • galerie-pulse01
  • galerie-pulse05
  • galerie-pulse04

Pulse !

C’est de l’anim, ça s’appelle « Pulse », ça dure 50 secondes, ça bouge grave et c’est classé secret défense pour le moment.
Des images en exclu !

 

PULSE
Avec les danseurs : Oriol Llecha Llop, Guillaume Marzi, Malo Grandjean, Zak Peang, Joseph Go, Souhil Giroud, Jon Malkin, Lissa Trocmé, Corélie König, Juliette Baily, Hélène Pau, Laurie Thinot, Vanina Pietri

Réalisation et graphisme : Laurie Thinot 
Musique : Jon Malkin 
Animation & special fx : Gustavo Almenara 
Montage : Edouard Mailaender 
Étalonnage : Julien Hery 
Régie : Juliette Lavat 
Stagiaire : Juan Luis Moreno 
Production : HOJOH, Partizan Lab, Laurie Thinot 
Direction de production : Brice Colinet, Jean-Gabriel Saint-Paul

Avec la participation de l’Association des amis du Bateau Lavoir

cher Aurele

Acte numéro 1

Cher Aurel,

Vous me demandiez de vous écrire, je m’attelle à l’instant à cette tâche. Puissiez-vous me pardonner car aujourd’hui, malgré moi, j’affleure mélancolique. M’abandonner aux mots me fait craindre votre jugement. Il est cependant au dessus de mes forces de vous transmettre autre chose que mon esprit agité, qui ne cesse d’exhorter mon silence aux pires sinuosités. Le manque de noblesse que je perçois dans ces sentiments m’effraie. Quelles inutiles errances ! Je me demande si quelqu’un me cherche. M’attends-t-on ? Qui se damnerai à découvrir en moi ma vibrante étincelle ? Qui serai certain de voir se déployer de mon être merveilles, as, ineffable ? Las. C’est folie de vouloir un regard extérieur lourd d’aspirations réussissant à me précipiter au-dehors.

Comme un miroir, le monde reflète ce qu’on lui donne. Et lorsque rien ne vient, on se rend coupable en se disant qu’il faut donner plus. On oublie que quand la scène est noire, y jouer est vain. S’épuiser jusqu’au bout des ongles à s’en tordre les chairs est inutile dans la pénombre, les efforts auront beau hurler, ils seront invisibles.
Ce théâtre là résonne comme une farce ; sa logique s’interprète ingrate. Tantôt fleurs et vivats valsent, tantôt béance et pénombre glacent.

Quelle cruelle marmite ! Quelle impossible mélasse ! Si seulement vos mots, Monsieur, pouvait démettre mon coeur de cette acidité… À vouloir élucider, je trouve mystères. À espérer, je reçois poussières. À combattre, je tombe. À penser, j’erre. Et dire que l’on meure. Après toutes ces vanités, on meure, laissant lendemains effacer lendemains, infiniment.

Faut-il abdiquer l’exigence ? Faut-il se contenter d’un quotidien agréable, et d’un travail, pour se sentir vivre ? Si l’existence se réduit à l’alignement de petits jours, similaires aux jours précédents, eux-mêmes équivalents à ceux qui suivront, que faire de moi, folle, allumée de tout feux, osant rêver de déchaînements étincelants ? Alors adieu brasiers magnifiques, vous n’êtes que charbon ? Oui, renoncer à la taille. Être petit. Petite. Un être de plus criant de faim, prêt à dévorer le monde pour ne pas mourir. Malade d’avidité. Assoiffé de considération.

Comment faites-vous pour ne pas y penser ? Quelle source bienfaitrice a réussi à rendre silencieuse cette envie d’être aimé ? Inutile question… M’imaginer rare à ressentir ces tréfonds n’est, encore une fois, qu’une façon de me rendre unique. Y-a-t-il un moyen de faire cesser ce cirque ? Aurel, j’espère de tout coeur que votre habileté au verbe donnera un relief nouveau à ces insatiables tourments, que j’ai tenté d’exprimer. Je m’empale de dépit, m’érode de rancoeur, m’envenime d’attente… La vie, cette pièce, me traque.
J’ai envie de lire votre prose.

Salutations de mon jardin, où l’herbe chantonne.

Manon

« 13 Cents » de Sello Duiker

Une prose poético-brutale…
13 Cents est le récit des tribulations de Azure, un gamin qui essaie de survivre dans les rues du Cap. Confronté à la faim et à la violence, aux gangsters et aux pédophiles, il ne peut compter que sur lui-même dans une ville qui, loin des clichés idylliques, apparaît comme une arène peuplée de prédateurs et de créatures fantastiques.

Plongée choquante et poétique dans l’univers de la rue, errance hallucinée dans l’enfer du Cap, 13 Cents oscille entre la grâce enfantine et la violence pure. Un roman qui a révélé au public sud-africain un écrivain talentueux, aujourd’hui disparu.

13 CENTS
de Sello Duiker
Parution : novembre 2010
www.editions-yago.com
Prix : 17€
ISBN 978-2-916209-79-1
Diffusion : Harmonia Mundi
Couverture et composition graphique : Laurie Thinot

100 ANS !

Bon anniversaire ! Malgré ses 100 ans, le Commandant Cousteau est on ne peut plus au goût du jour !

En 2010, le commandant Cousteau aurait eu 100 ans. Celui que les Américains surnommaient «Captain Planet» symbolisait à lui seul l’amour de la nature et la défense des océans. Il prit la tête de grandes campagnes internationales pour dénoncer la chasse à la baleine, les marées noires, le nucléaire, etc., tout en se situant à la pointe de la technologie, avec le scaphandre autonome, les soucoupes sous-marines et l’invention des turbo-voiles. Il fut un pionnier et un visionnaire. Il avait anticipé l’évolution des océans, appréhendé les problèmes écologiques majeurs et proposé des solutions.
Marc Muguet nous propose de redécouvrir ses idées et ses combats. À partir de textes et d’épisodes marquants, l’auteur imagine 7 missions pour sauver les océans, passant ainsi en revue les grands enjeux au coeur de l’actualité : montée des eaux, pollution, surpêche, changements climatiques, adaptation humaine à l’océan, découverte des abysses… Ce livre-hommage est l’occasion de revenir sur quelques unes de ses plus grandes idées, mais aussi de dresser un bilan et de se projeter dans l’avenir. Des encadrés dynamisent le contenu du livre et permettent aux lecteurs qui le souhaitent de passer à l’action grâce à des infos pratiques.






APRÈS COUSTEAU
de Marc Muguet
Parution : Novembre 2010
www.editions-yago.com
Prix : 18€
ISBN 978-2-916209-78-4
Distribution : Harmonia Mundi
Couverture et composition graphique : Laurie Thinot

« Passer les Bornes » de Rodolphe Christin

J’ai adoré cette méditation sur le voyage intelligente, et formidablement bien écrite ! En plus, il y a même des illustrations…

Qu’est-ce qui dans le voyage reste si mystérieux ? Voyager, c’est entrer dans un rapport singulier au monde. Plus qu’une parenthèse exotique, c’est une expérience unique qui nous arrache aux certitudes. En ce siècle de tourisme de masse et de communication forcenée, ce livre exalte le temps suspendu du voyage. Son auteur médite sur l’essence du voyage avec élégance et poésie, entrelaçant sa réflexion de souvenirs de jungle amazonienne et de steppe mongole. Il esquisse une philosophie du voyage et dresse le portrait d’un arpenteur du monde, aventurier et libre. Au fil de ces pages, rehaussées de plusieurs dessins, le lecteur retrouvera certaines des émotions précieuses éprouvées lors de ses propres voyages.

PASSER LES BORNES
de Rodolphe Christin
Parution : Octobre 2010
www.editions-yago.com
Prix : 15€
ISBN 978-2-916209-75-3
Diffusion : Harmonia Mundi
Illustrations, couverture, composition graphique : Laurie Thinot

Rentrée littéraire : « Point de non-retour » de Andre Vltchek

Un bon lot de nouveautés aux Éditions Yago !

Pour commencer, Point de non-retour, le livre du reporter de guerre André Vltchek. Il est déjà sorti, vous pouvez le trouver dans toutes les bonnes librairies.


Karel est grand reporter pour le Weekly Globe. Il va là où nous n’allons pas, pour être nos yeux et nos oreilles, pour informer et surtout témoigner. À la fois idéaliste et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, il traverse les soubresauts de notre époque à la poursuite de la vérité, passant des rues de New York aux routes de Gaza, des hauteurs de Lima aux terrasses du Caire, des villages incendiés d’Indonésie aux insurrections d’Amérique latine. En marge de son quotidien violent et déraciné s’ébauche une histoire d’amour à l’issue incertaine et se profile l’ombre d’une catastrophe.


POINT DE NON-RETOUR
d’Andre Vltchek
Disponible en librairie
www.editions-yago.com
Prix : 20 €
ISBN 978-2-916209-81-4
Diffusion : Harmonia Mundi
Couverture et composition graphique : Laurie Thinot

Moi, ouistiti


À les écouter attentivement, un rire lancé de bon coeur et un cri de singe révèlent de troublantes analogies…

Sans fil(s)

Ce matin-là, toutes les créatures de l’univers se donnèrent rendez-vous. Elles chuchotaient, chicotaient, pavoisaient, se trémoussaient, l’air interrogatif.
Mais où donc était passé l’Iphone de la Vierge ?

Annonce n°556C

Pour cause déménagement, DONNE Guillaumette, bel insecte mécanique femelle, parfait état, affectueux, bien élevé et dynamique.
Maître expérimenté bienvenue.
Envoyer références via l’annonce.

Mental-map-Laurie-Thinot

Mental Map

C’est aujourd’hui que se clôture la première session du projet Mental Map (plus d’information sur le site internet www.mentalmap.fr), auquel je suis très heureuse d’avoir participé. Les oeuvres de tous les artistes seront mises en ligne dans les prochains jours. En attendant, vous avez la primeur de la mienne !

retrospective Laurie

Mini-retrospective à Madrid !

J’ai le grand plaisir de vous annoncer que La Casa Encendida a programmé une séance de cinéma, « Ma divine essence », contenant tous les films que j’ai réalisé jusqu’ici dans ma vie ! Voici le lien direct vers l’évènement : LIEN DIRECT VERS L’ÉVENEMENT

La projection se tient tous les mardis du mois de mai à 20h00 à :
La Casa Encendida
Ronda de Valencia, 2
28012 Madrid
Tel : 902 430 322

Si vous voulez, vous pouvez aussi aller vous promener sur leur site web – www.lacasaencendida.es – pour picorer d’autres informations.

Ils ont aussi écrit un très gentil texte sur moi. Je vous en mets ici la traduction française (faite de mes blanches mains, donc imparfaite car je ne parle pas espagnol):

« Laurie Thinot est est l’une des cinéastes française les plus polyvalentes et créatives de notre époque. Diplômée en cinéma d’animation par l’École des Arts Décoratifs à Paris, elle se souligne par une oeuvre originale et multifacettes. Elle réalise des clips, des courts métrages, des publicités, des identités visuelles, de l’illustration, de la danse et de la littérature. Avec une sensibilité hors du commun, son blog reflète à la perfection son besoin de communiquer et de commenter avec ses dessins sa propre vision du monde.
Son style additionne sans salamalecs la ligne claire et le graphisme, combinés avec de l’encre et des expérimentations de collages.
La clef de ses thèmes de réflexions va d’une critique sous-jacente acide envers les injustices de la société, à l’incompréhension des valeurs imposées… en réclamant la liberté de s’évader et de créer.
Acide et doux à la fois, tout ce que Laurie Thinot effleure de la baguette magique de sa
divine essence devient un voyage dans une autre dimension. »

Bon, et sinon je vais bientôt publier d’autres dessins (si, si !), alors gardez l’oeil ouvert… si vos passez par là !

Grabuge

Ce blog est en train de moisir et je crois que je vais commencer à lui insuffler à nouveau ma divine essence… Restez à l’affût !

Que du beau monde !

Voici l’affiche d’un concert concoctée avec le consentement de l’homme tourteau, la bonne volonté de mes deux moutons favoris – Icare et Bristol – et le mauvais caractère du célèbre buste bicéphale hurlant, scindé spécialement pour l’occasion.

Maedusa + Televox
Jeudi 18 mars à 19h30
à la Scène Bastille
2bis rue des Taillandiers
75011 Paris

Haut les coeurs !

lauriethinot.com

Avis à tous les gens de l’internet qui lisent ce message

Il est maintenant possible – alléluia ! – de visualiser en un clin d’oeil mon travail en se rendant à l’adresse de mon nouveau site internet (version alpha*).

ici –> http://www.lauriethinot.com

* Version alpha : la version Alpha est la première version du site, permettant l’essentiel mais nécessitant quelques améliorations. Il y aura donc par la suite les versions Bêta, Gamma, Epsilon, Dzêta, etc, jusqu’au résultat final.

Chasse ouverte

La fille est resté dans le club. Cette fille n’est pas comme les autres. Elle a un côté «poussin». Peu importe si les poussins ont des plumes et grossissent comme des dindes ensuite… Celle-ci est spéciale. Lui-même se sent différent des autres : il a un côté «lapin». Il lui faut cette fille, absolument. Il faudrait qu’il l’attrape, mais comment ? A l’aide d’un filet ! Oui, mais elle risque de s’envoler. Un grand drap alors ? Non, elle pourrait s’étouffer et ressembler à un poulet mort… il ne faudrait pas mettre des plumes partout.

S’il réussit à l‘attraper, il peut l’emmener chez lui et la présenter à ses parents. Il pourra aussi la présenter à ses tantes, à ses cousins et à son oncle Paul. Ensemble ils formeront une belle famille, une famille de lapin-poussin. Mais avant toute chose, il doit la capturer, sans se faire remarquer.

Il rebrousse chemin. Une meute de lapin marche autour de lui. Son regard cherche la fille-poussin, toujours aussi belle, toujours aussi spéciale. Il ne la voit pas, mais trouve quelques plumes. Il ne peut pas se contenter de ramener ces plumes chez lui, il lui faut la fille entière.

De plus en plus agité, il arpente le perron de l’entrée du club.
Où est-elle ? Comment faire pour l’avoir pour moi tout seul ?
Il a chaud, il marche vite, il halète. Elle, ailes, plumes, poule et dinde !
Un capharnaüm peuple son esprit, ses enjambées se précipitent.
Elle, ailes, elle, aile, elle, aile,elle, aile, elle, aile, elle, aile, elle, aile, PAN !
Il est mort.

Africa l’honneur !

« On ne sait jamais ce qui nous attend à Johannesburg, mais je te donne un conseil :
marche prudemment et réfléchis vite. Ici, soit tu es rapide, soit tu es mort.
Bienvenue à Johannesburg. »

Voici le dernier petit bijou des Éditions Yago :
« Chambre 207 », de Kgebtli Moele !

Encore une fois, c’était un vrai plaisir de faire cette couverture ! Et mention spécial au traducteur, David König, qui a fait un excellent travail sur ce livre.